Voici quelques conseils pour faciliter un peu les premiers  moments avec votre chiot :

  • Prendre RDV au club canin (dans le cadre de l’Ecole du Chiot au Béziers Sport Canin.) pour un bilan et un premier cours dés le rappel des 3 mois fait.
  • Si possible optez pour la nourriture à laquelle le chiot a été habitué auparavant ou faire une transition ( donc avoir un stock pour quelques jours de l’alimentation du naisseur)
  • C’est le grand jour il est enfin arrivé !! La première chose à faire est de prendre tout de suite de bonnes habitudes ! Avant de rentrer dans la maison, mettez-le dans la pelouse chez vous, il mémorisera ainsi le lieu pour aller faire ses besoins.
  • Notez tout ce qui se passe, situations pour lesquelles vous vous posez des questions. Des situations qui nous semblent insignifiantes peuvent provoquer de gros dégâts durant la vie du chien ! Il vous faut des réponses et de l’aide pour décoder.
  • Donnez-lui aussi une gamelle d’eau qui restera toujours au même endroit pour qu’il puisse se repérer. Laissez-le prendre ses marques et visiter tranquillement la maison puis se reposer de cette première grande émotion pour lui.
  • Lui montrer son « endroit » ; il est important que vous lui prépariez un coin à lui où il pourra se sentir bien. Ce « coin » (caisse ouverte, panier, tapis) servira de refuge pour le chien. Il devra être disposé pas trop loin de vous mais surtout pas dans un endroit où il va être constamment sollicité, « sollicitable »  (ex : couloir de passage ses entrées et les sorties de son maître, enfants, etc.).Un chiot dort beaucoup. Evitez que les enfants ne troublent ce sommeil. Son coin repos ne doit pas être un endroit de fort passage.
  • Bien que ce ne soit pas toujours facile, il faut éviter de se le passer de main en main entre membres de la famille, en le contraignant à accepter câlins et caresses.
  • Votre chiot va grandir très vite donc pas question de faire n’importe quoi ! Si vous voulez un chien bien équilibré aussi bien physiquement que psychologiquement, il faut être attentif à tout moment à tout ce qui pourrait poser problème. Le premier mois à la maison, le chiot peut très bien se contenter d’un jardin pour s’ébattre ou de courtes sorties dans des chemins de campagne ; il peut recevoir de la visite de petits compagnons mais toujours sous grande surveillance ! On ne laisse pas jouer 2 chiots ensemble des heures et encore moins avec un adulte. Attention cela ne veut pas dire de stresser et de ne pas le laisser faire des connaissances !
  • N’oubliez pas de le féliciter lorsqu’il fait bien, la relation est plus facile à mettre en place quand le chien veut faire plaisir à son maître !
  • Vous devez aussi, dès tout petit, pouvoir bien le manipuler, pouvoir le caresser partout, lui ouvrir la gueule, lui regarder les oreilles, etc., tout simplement pour pouvoir le soigner si besoin et le féliciter ( renforcement) ; nous vous apprendrons à le faire à l’école du chiot et à instaurer un consentement de sa part.
  • Les jouets sont à utiliser pour  créer une interaction avec vous ; mais veillez scrupuleusement à la taille des jouets qui ne doivent pas permettre une ingestion accidentelle ( ne pas les laissez en libre service…).
  • Pour assurer la sécurité de votre nouveau chiot, éliminez les dangers potentiels que présentent votre maison et suivez les conseils suivants : -gardez les objets cassables hors de portée. -cachez ou couvrez les fils électriques et couvrez les prises de courant de cache-prises en plastique ; attention aux multi prises. -rangez les produits chimiques dans un endroit sécuritaire. -gardez les plantes d’intérieur et de jardin suivantes hors de portée : poinsettias, azalées, rhododendrons, dieffenbachia, ifs japonais, oléandres et lierres. -dans le garage, assurez-vous que vos lubrifiants à moteur et les autres produits chimiques toxiques soient rangés de façon sécuritaire (surtout l’antigel).
  • La première nuit….Sans présence de son « être d’attachement » le chiot est désorienté : des pleurs peuvent révéler sa détresse. En principe, il faut donner les bonnes habitudes au chiot dès le premier jour. Le chiot dort à la place qui lui a été assignée mais vous avez prévu une couverture dans laquelle il a dormi précédemment chez l’éleveur. Vous pouvez  le faire dormir prés de votre lit, le détachement se fera plus tard ! Jusqu’à l’âge adulte, le chiot est en apprentissage, c’est-à-dire qu’il a besoin de guides, de tuteurs. Par conséquent, lorsqu’un chiot se retrouve seul, il n’a plus de présence (sécurité, protection), de tuteur (apprentissage), de relationnel (communication sociale). Son environnement devient alors inquiétant, hostile, voire incompréhensible. Certains chiots se réguleront eux mêmes et vont quitter la proximité de votre couchage pour le couloir puis le salon tout seuls
  • Habituez le à votre absence…
    Si vous n’apprenez pas à votre chiot à rester seul, vous allez rencontrer bien des comportements gênants.
    Comportement destructeur qu’on peut aussi qualifier d’agression redirigée. En effet, le chien étant soumis à des tensions trop fortes décharge son énergie sur tout ce qu’il peut se mettre sous la dent.
    Hurlements, aboiements, gémissements constituent une autre manière pour le chien d’exprimer son état émotionnel. Il espère avoir une réponse en retour d’un autre chien chez qui cela risque de déclencher aussi de l’inquiétude.
    Malpropreté. En urinant, le chien va chercher à se rassurer (odeur connue) ; en ce qui concerne la défécation, ce sont plus les tensions physiques qui vont la favoriser (crispation intense de la paroi abdominale).
    Attention : il n’y a jamais de la part du chien d’esprit de vengeance en agissant ainsi.
    Automutilation, lorsque les effets biologiques sont à leur comble (phéromones, système nerveux, dopamine, etc.), le chien peut essayer de compenser en se mutilant (arrachage des poils, léchage intempestif, morsure des pattes ou de la queue, etc.).
  • Il convient de prévoir :
    – Un espace sécuritaire limité en m²
    – Un jouet indestructible éventuel ou un distributeur de nourriture pour les 5 premières minutes (activité de recherche)
    – Du temps pour travailler progressivement (d’abord 5 mn d’absence, puis 10 mn ainsi de suite) ; cette progression sera fonction de vos observations : dès l’arrivée du chiot, repérer son tempérament, dépendant de l’humain ou très indépendant. Couine-¬t-il dès qu’il est seul dans une pièce, ou continue-¬t-il de flairer partout et de découvrir son environnement quand vous quittez la pièce ?
    En fonction de ce tempérament de base, l’action du maître sera différente.
    Les départs peuvent faire l’objet d’une ignorance du chien afin de les banaliser. Sortir, rentrer sans faire attention à lui, plusieurs fois par jour. Sortir sans préparatifs (manteau, chaussures, sacs) et faire des préparatifs sans sortir, afin de ne pas stimuler la vigilance et l’inquiétude du chien.
  • Faire l’acquisition d’un chiot sous-entend l’acceptation d’avoir à faire usage de la serpillère pendant un certain temps. Le chiot, à cet âge, n’a pas encore acquis le contrôle de ses sphincters. L’élimination est presque automatique chez le chiot après les repas, les séances de jeux, les pauses sommeil. C’est bon à se rappeler pour faciliter l’apprentissage de la propreté. La distribution à heure fixe des repas permet aussi de gérer l’élimination car le chiot se soulage habituellement après l’ingestion de nourriture. Félicitez-le à chaque réussite (ses besoins à l’endroit que vous souhaitez). Le nettoyage des dégâts se fera en son absence et sans être contrarié, sinon le chiot le sent et peut recommencer pour s’opposer à vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

'
%d blogueurs aiment cette page :