La désobéissance…
un mot aussi machiavélique que le mot dominance…

Les deux grandes figures de la désobéissance civile au XXe siècle sont Gandhi et Martin Luther King. Refusant la violence, ils étaient néanmoins prêts à désobéir – et considèrent même que c’était leur devoir (!!!!) – pour libérer leur peuple.
Ainsi selon Martin Luther King, « chacun a la responsabilité morale de désobéir aux lois injustes ».
Pensez vous qu’ils avaient tort ????
Nous sommes bien d’accord ? Il y a des cas où l’on peut, et même où l’on doit, désobéir à la loi ???

Et votre chien alors ? Il doit vous obéir aveuglement ?
Pourquoi ne parlerions nous pas d’autorité sans parler d’obéissance ?

Dans notre esprit le couple « pouvoir-soumission » est naturel, le pouvoir s’exerçant pour la plupart des gens par la force, la contrainte physique.
Le mot obéissance renvoie à une éducation traditionnelle et coercitive systématiquement, au « non », à l’interdiction.

Est ce que le rapport humain-chien doit être un rapport hiérarchique ? Vous désirez au quotidien un chien qui fuit votre regard, qui soit dans l’évitement ? Vous voyez votre chien comme un être fondamentalement rebelle, dangereux, qu’il faut brider, qu’il faut redresser, recadrer…?

Travailler en positif pour moi c’est :
– ne pas demander ce qui n’est pas réalisable pour aller vers ce qui est réalisable,
– lutter contre le fait de prendre plaisir par la soumission,
– rendre le chien acteur de son éducation en lui faisant faire les bons choix mais sans tomber dans l’indépendance sans règles.

Pour moi l’autorité c’est « ce qui consiste à autoriser ».
Je ne suis pas en train de dire qu’il ne faut rien interdire mais justement ces « non-autorisations » que vous allez mettre en place avec votre chien pour des choses réellement importantes qui n’arriveront donc que dans certains cas précis, seront alors acceptées et bien perçues ; elles ne seront pas vécues comme une amputation à leur liberté, comme une injustice. Par contre cela demande du temps, de la réflexion…

Au Béziers Sport Canin, nous allons vous expliquer que le chien n’est pas forcément habité par un sentiment de rebellion et n’a pas forcément envie de vous désobéir.

Rien que le fait de se dire « il me désobéit » prouve que vous n’êtes pas en accord avec les avancées sur la psychologie canine.
Par contre si face à un échec sur une demande faite à votre chien vous vous dites : il n’a peut être pas compris, il n’a peut être pas assimilé encore et bien là vous devenez bienveillant et mettez des choses en place pour que la prochaine fois cela réussisse. Mais pour cela il faut en effet changer sa façon de « fonctionner »…

De + il ne faut jamais oublier que le chien demeure guidé par ses pulsions et son plaisir.
Désobéir est donc naturel mais pas machiavélique !!!!!!!
Il convient donc de rester zen !!!!

Donc au BSC on va tenter de changer en vous cette façon de voir les choses ; à vous d’y venir !!!

Florence PUG

Laisser un commentaire

'
%d blogueurs aiment cette page :