Pourquoi un cours spécifique « ados » au Béziers Sport Canin ?

A force de nous lire vous avez bien compris que :

-Les comportements du chien dépendent en moyenne à 20% de son hérédité et à 80% des apprentissages.

-De 7-8 semaines à 3 mois, le chiot, correctement vacciné, doit sortir dans tous les milieux qu’il rencontrera une fois adulte. Le comportement de chasse étant inhibé par l’amitié, des jeux ou des rencontres avec divers animaux sont fortement conseillés.

Certains vous diront que le chiot doit alors être testé pour l’inhibition de la morsure et dans sa capacité d’adopter une position de soumission ou d’apaisement (couché sur le ventre ou le dos, immobile) en cas de conflit avec – ou de punition ( recadrage serait le terme + adapté) par – un chien adulte. Nous vous poserons donc beaucoup de question là dessus et l’observerons ; bien sûr soyez sans crainte nous n’allons pas le toucher, ni le soumettre ou le pousser dans ses retranchements, juste observer son comportement envers ses congénères et d’ailleurs il ne rentrera à l’école du chiot qu’à 3 mois…

-De 4 mois à la puberté, le chiot devrait être propre, contrôler ses morsures et sa motricité, ne pas craindre le milieu extérieur, ni les personnes inconnues, ni les animaux avec lesquels il doit rentrer en contact social.

-La puberté avec sa métamorphose hormonale est une nouvelle période sensible. Le chiot entré dans l’adolescence doit subir une initiation, constituée de deux éléments de base : l’acquisition de l’autonomie et la hiérarchisation. C’est l’entrée dans la sphère des adultes avec le respect des règles de celle-ci et la production des communications adéquates. Toute tentative d’expression de sexualité, de contrôle de passage, d’alimentation prioritaire est alors sévèrement « punie » par les adultes s’ils vit en meute ( exemple meute de chasse).

Durant cette période votre chiot qui lui ne vit pas en meute ni en chenil mais fait partie intégrante de la famille,  vous fera encore (ou à nouveau ou d’un seul coup…) des « misères », parce qu’il est gouverné par deux forces qui s’opposent totalement: celle de vous faire plaisir et le besoin de  s’assurer que ce que vous prétendez est vrai, constant et fiable.

L’obéissance spontanée a disparu !!!!! Apparaissent même parfois une désocialisation du chien, des changements de comportement, et des renforcements des peurs ou problèmes préexistants.

Vous devez donc vous faire aider pendant cette période délicate, d’où la présence d’un groupe spécifique au club.

Certains maîtres lors de cette période, où donc leur chien remet tout en question, « démissionnent » en déclarant que leur chien finalement écoute bien à la maison mais qu’en groupe c’est trop difficile. GROSSIERE ERREUR !!!!

C’est une période où il faut encore plus renforcer la socialisation ! et travailler avec progression !! (voir vidéo Chirag Patel ci dessous)

Un extrait du livre « Le chien, un loup civilisé », pour comprendre pourquoi nous vous répétons : « N’attendez pas la puberté pour éduquer votre chien! ».

« La puberté :

Il est difficile de fixer les dates limites de ce stade, car l’âge de la puberté diffère grandement en fonction des races et des individus ; en général, plus les races sont de grande taille, plus la puberté apparaît tardivement. Elle coïncide avec les premières chaleurs des femelles et se décèle chez les mâles au moment où ils commencent à lever la patte. Chez ces derniers, elle est associée à la sécrétion de la testostérone qui atteint son pic maximum vers l’âge de 10 mois, avant de se stabiliser à un niveau inférieur.

Au cours de cette période (quelquefois déjà au cours du stade précédent), divers changements comportementaux dus aux modifications hormonales deviennent évidents. Tout comme chez nos adolescents, certains sujets y sont plus sensibles que d’autres. C’est une période difficile pour les propriétaires : certains chiens ont tendance à désobéir, à devenir sourds aux ordres et capricieux ; d’autres sont très agités et prennent la poudre d’escampette à la moindre occasion. Quelques mâles semblent perdre toute notion de propreté et se mettent à lever la patte dans la maison. Les fortes têtes essayent même parfois de se rebiffer en grognant ou montrant les dents envers leurs maîtres bien aimés.

Notre chien qui se montrait si amical envers ses congénères de même sexe se met soudain à les grogner et se trouve lui-même parfois confronté à l’agressivité de ces derniers qui le considèrent désormais comme un rival potentiel. Diverses observations montrent qu’il en est de même dans la meute : les adultes se montrent de plus en plus sévères envers les jeunes et cherchent souvent à les repousser en marge du groupe. Les leaders réaffirment leur autorité en soumettant sans cesse les adolescents, et plus particulièrement les « petits chefs ». En cas de conflit, ils attendent que ces derniers utilisent les rituels d’apaisement et de soumission. C’est leur manière de leur inculquer les lois hiérarchiques et de leur montrer qu’ils ne sont pas encore prêts à les supplanter. C’est également un processus qui permet aux chiots d’acquérir une certaine indépendance, de se détacher de leurs parents et de devenir des adultes à part entière.

Ces modifications comportementales -qui pourraient faire penser que notre chien a perdu toutes les bonnes manières que nous lui avons inculquées- disparaissent généralement aussi vite qu’elles sont apparues, pour autant que les humains sachent y répondre correctement (……) Dans des conditions naturelles, les jeunes peuvent évacuer leur trop plein d’énergie en participant pleinement à la vie de la meute : chasses, déplacements, défense territoriale… Essayons d’imiter cette manière de faire en faisant participer nos ados canins à diverses activités, de grandes promenades, des jeux… Cela ne peut que les aider à traverser cette difficile période. »

 http://www.magicclicker.ch/jeune-chien/

Chirag Patel :

 

Laisser un commentaire

'
%d blogueurs aiment cette page :