Comment parler à son chien, quel ton utiliser ?

 

C’est en effet l’intonation qui donne un sens à vos mots même si votre chien peut assimiler dans sa vie plus d’une centaine de mots.

 

Toutefois cette intonation peut vous jouer des tours…

Elle indique tout d’abord votre état émotionnel : neutre, indifférent, joyeux, en colère, agacé, etc. et donc plus que vos intentions. Cet état émotionnel va parasiter vos « ordres ».

Comme pour le mot « non » il va falloir apprendre à ne pas user d’un certain ton de voix…

Vous voyez où je veux en venir ?

 

Au quotidien, parlez-lui calmement. Ne vous énervez jamais, il est inutile de crier sur un chien pour s’en faire écouter !

De plus quand le ton monte, le chien peut s’effrayer ou montrer des signes d’agressivité. Vous voulez un chien qui vous « obéisse » au doigt et à l’œil, et ce parce qu’il vous craint ? Passez alors votre chemin, vous ne trouverez pas votre bonheur dans cet article, ni sur cette page ni au Béziers Sport Canin.

Vous devez vous habituer à utiliser la bonne intonation pour être écouté.

C’est quoi la bonne intonation ? Elle doit varier selon vos intentions… Urgence, danger : ton du commandement.

Demande classique faisant partie du quotidien du chien : la plus neutre possible, ne pas utiliser justement celle du commandement afin que celle –ci puisse avoir un impact en cas d’urgence (comme pour le « non »…).

Essayez de penser autrement : vous demandez quelque chose à votre chien, vous ne lui ordonnez pas quelque chose !!! (et oui toute une philosophie et elle passe par là aussi pour moi la méthode positive !!)

Félicitations : le ton doit monter dans les aigues ; mais attention, je vais nuancer ce conseil.

En effet à l’école du chiot on va vous demander d’en faire plus, de vous montrer très attractif, très joyeux voire exubérant pour féliciter votre chien mais cela peut inquiéter un chien introverti et donc les moniteurs vont vous demander de doser selon leur analyse du chien.

Quand vous allez passer en éducation ados et adultes, le moniteur va vous demander de réduire ses « ordres » verbaux, d’opter pour un ton plus neutre afin que le chien fasse un peu plus attention à votre non verbal.

Il va aussi vous apprendre à féliciter modérément, joyeusement et exagérément selon votre niveau de satisfaction en jouant sur l’intonation du « oui », un peu comme au clicker ou en récompenses alimentaires (de la récompense classique au jackpot).

Dernière chose : ne vous forcez pas dans votre ton de voix ! Si vous n’êtes pas empathique, sincère, votre chien ne s’y trompera pas !!!!

Florence PUG

Laisser un commentaire

'
%d blogueurs aiment cette page :